Finale ELMS frustrante pour Ajlani à Estoril

09:00 dans 2014 ELMS

  • Karim dresse tout de même un bilan positif de son retour à la compétition

La saison 2014 de Karim Ajlani a connu une fin prématurée lorsque le pilote ART Grand Prix s’est accroché avec la Ferrari F458 Italia N°55 au tout début des 4 Heures d’Estoril, cinquième et dernière manche 2014 des European Le Mans Series organisée le week-end dernier (18-19 octobre).

À bord de la McLaren 12C GT3 N°99, Ajlani et ses coéquipiers ELMS habituels dans la catégorie GTC, Alex Brundle et Ricardo Gonzalez, n’auront donc manqué les points qu’une seule fois cette année.

Le trio ART avait pourtant pris ses marques sur le tracé portugais et vécu un début de week-end encourageant. En retrait lors de la séance qualificative au Castellet le mois dernier, l’équipage s’est montré cette fois-ci plus en verve dans l’exercice du tour lancé en signant le sixième meilleur temps des concurrents GTC.

Habituel préposé au départ, Gonzalez a laissé dimanche le soin à Karim de couvrir le premier relais, une décision prise vendredi par l’écurie française pour optimiser la stratégie de course. Auteur d’un solide envol, le pilote suisso-syrien entamait le huitième tour lorsque son poursuivant direct, Duncan Cameron au volant de la Ferrari N°55, a plongé à l’intérieur de la première courbe au dernier moment. Ajlani ayant déjà amorcé son virage, les deux voitures se sont inévitablement accrochées, l’avant droit de la McLaren venant heurter l’arrière gauche de la F458 Italia alignée dans la catégorie GTE.

L’incident a endommagé le porte-moyeu de la N°99 et contraint Karim à regagner son garage à vitesse réduite pour effectuer les réparations nécessaires. L’intervention rapide et efficace des mécaniciens ART a certes permis au Suisso-syrien de reprendre la piste, mais il est vite apparu que le choc avait également altéré le fonctionnement de l’ABS.

Ralentie dans sa progression, l’écurie s’est alors rendue compte que l’équipage Ajlani-Brundle-Gonzalez ne pourrait pas couvrir en toute sécurité les 70% de la distance nécessaires pour figurer au classement, et a donc entériné l’abandon de la N°99 au 23ème tour.

« Finir la saison sur un accrochage reste une expérience frustrante, d’autant que cela ne récompense pas les nombreux efforts de l’équipe, a déclaré Karim après la manche d’Estoril. Je ne m’attendais vraiment pas à voir la Ferrari attaquer à cet endroit puisque j’avais déjà entamé mon virage. C’est la course auto. »

S’il espérait un épilogue plus joyeux à sa campagne 2014, Ajlani reste satisfait d’avoir retrouvé la compétition automobile cette année. Un retour ponctué par trois arrivées dans les cinq meilleurs et une solide cinquième place au classement Équipes dans la catégorie GTC.

« Pour ma première saison complète en GT, je suis ravi d’avoir intégré une structure aussi professionnelle et compétente qu’ART Grand Prix, a poursuivi Karim. Je tiens à remercier Sébastien Philippe et Frédéric Vasseur pour leur confiance, et salue également l’ensemble de l’écurie qui a effectué un boulot extraordinaire tout au long de l’année.  L’équipe m’a permis de me sentir à l’aise dès la première course à Silverstone, et nous avons immédiatement obtenu des résultats très encourageants. ; nous savions toutefois que cela risquait d’être dur. »

Un grand merci également à mes coéquipiers Alex [Brundle] et Ricardo [Gonzalez] avec qui l’entente s’est révélée excellente. Je suis d’ailleurs désolé qu’ils n’aient pas pu courir dimanche suite à l’accident. Même s’il nous était difficile de viser un podium à la régulière cette saison – à cause d’une Balance de performance pas vraiment en notre faveur – le bilan global de la saison reste tout de même très positif. »